Les arts de la scène prennent leurs quartiers de printemps à Lausanne dans l’ancien lit de la rivière Flon. Sous le label d’un festival de danse contemporaine, la soirée inaugurale des «Printemps de Sévelin» présage d’un rendez-vous explosif qui touche à tous les arts, et pas seulement la danse.

Article paru dans Bon pour la Tête le 1 mars 2018: LIEN

D’un trash sublime, le spectacle Titans d’Euripides Laskaridis franchit toutes les barrières. On plonge dans l’univers excessif de l’égérie drag des années 90, Leigh Bowery, mais dans une allégresse et une absurdité totales. Ça dégouline d’inventivité et ça fait du bien!

Euripides Laskaridis, Titans, le trash sublime d’un univers spectral © Elina Giounanli

C’est cela, les Printemps de Sévelin, 17 jours pendant lesquels une jubilation scénique s’installe au Flon. Philippe Saire, l’initiateur du festival, qui en est à sa 21ème édition, est un habitué du brouillage des pistes, lui qui fait appel à tous les arts (recherches en arts visuels, intelligence du geste théâtral et musique contemporaine) dans ses propres spectacles.

«Nous voulons montrer la vitalité, l’inventivité, l’éclectisme et l’humour de la scène de danse internationale», explique Saire.

«Ce festival est ludique, transgressif, rythmé et onirique», les mots choisis par Grégoire Junod, Syndic de Lausanne, pour décrire l’événement en disent long. Âmes coincées s’abstenir! Il y aura des danses folkloriques nues, des univers à la David Lynch, du mysticisme, des mises en violence ou en fragilité, du bonheur, aussi.

Que viennent chercher les spectateurs? Quelques témoignages pris sur le vif le soir de la première:

«Ce festival est un dénicheur de nouvelles tendances».

«Les frontières sont repoussées, c’est surprenant, c’est frais».

«C’est un événement baroque, surréaliste, drôle». 

«C’est un petit festival qui est très proche des gens, mais large dans ses ambitions».

«Une ouverture sur les nouveaux chemins dans le monde de la danse».

«Aux Printemps de Sévelin, il y a toujours une possibilité de se laisser se surprendre».

«La danse permet aux artistes d’aller chercher ce dont ils ont besoin pour s’exprimer». 

Foutaises ou nouvelles émotions? Encore 17 jours et 9 spectacles pour se faire une idée.

Les Printemps de Sévelin jusqu’au 18 mars 2018

This slideshow requires JavaScript.

Michèle Laird, née Haffner, was an international arts administrator (visual arts and theatre), successively in Paris, New York and London, before moving to Switzerland and becoming an arts journalist.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: