Ne pas s’y tromper: une thématique à priori confidentielle donne lieu à événement d’une beauté populaire insensée. Aucune image, aucune affiche, critique, ni discours ne peut communiquer l’extrême enchantement qui attend le visiteur de l’exposition Diderot à la Fondation de l’Hermitage à Lausanne.

Charles-André Vanloo, Esquisse pour Les Grâces enchaînées par l’Amour

Charles-André Vanloo, Esquisse pour Les Grâces enchaînées par l’Amour, vers 1763, huile sur toile, 58,4 x 46 cm Los Angeles County Museum of Art (LACMA), Los Angeles © Digital Image Museum Associates / LACMA / ART Resource NY / Scala, Florence

Alors que les célébrations du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, l’ainé de Diderot (1713-1784) d’une année, ont fini par nous assommer, celle liée aux œuvres commentées de son vivant par ce savant encyclopédiste et critique d’art déroute et charme.

En s’ouvrant à un des grands esprits du Siècle des lumières dont elle nous fait partager la curiosité, la causticité et la volupté, la Fondation de Hermitage trouve un stratagème imparable pour réconcilier l’art avec le beau. Bien entendu, la grandiloquence encore discrète et la sensualité désinhibée des artistes français du 18ème Siècle a fait le bonheur des commissaires de l’exposition.

Le résultat est stupéfiant de grâce et de légèreté, surtout quand un rayon de soleil s’invite par les grandes fenêtres de l’Hermitage.

Alors qu’un rassemblement d’œuvres aussi admirables les unes que les autres aurait pu provoquer un effet étouffant, ici nous sommes en présence de notes de musique qui se répondent de mur en mur, et de sculptures arrangées dans une chorégraphie symphonique.

Et pourtant, un piège nous attend. Dès les premières salles, le choc des émotions devant des œuvres sublimes se confronte à l’avis souvent cruel de Diderot. Il critique l’invraisemblance d’une délicieuse scénette où la mariée n’est pas encore décidée à rejoindre le lit nuptial et adresse une remontrance à Nardin de ne pas avoir su peindre ses propres enfants.

En revanche, il voue au peintre Chardin et au sculpteur Falconet un amour au-delà de la raison.

Etienne Maurice Falconet, Milon de Crotone (détail), 1754, marbre, 68,8,5 x 64,9 x 51,2 cm, Musée du Louvre, Paris © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Pierre Philibert

Etienne Maurice Falconet, Milon de Crotone (détail), 1754, marbre, 68,8,5 x 64,9 x 51,2 cm, Musée du Louvre, Paris © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Pierre Philibert

Dans les sculptures d’Etienne- Maurice Falconet et Jean-Baptiste Pigalle le regard renaît dans l’éclat de blancheur du marbre qui porte des corps en souffrance ou en extase. « Non ce n’est pas du marbre. Appuyez-y votre doigt, et la matière qui a perdu sa dureté, cédera à votre impression », invite Diderot.

Dans les peintures de Jean-Siméon Chardin on trouve « des couches épaisses de couleur, appliquées les unes sur les autres et dont l’effet transpire de dessous en dessus. D’autres fois on dirait que c’est une vapeur qu’on a soufflée sur la toile : ailleurs une écume légère qu’on y a jettée… Approchez, tout se brouille, s’aplatit et disparaît. Eloignez-vous, tout se crée et se reproduit.»

Jean-Baptiste Siméon Chardin, Le panier de pêches, raisin blanc et noir
Jean-Baptiste Siméon Chardin, Le panier de pêches, raisin blanc et noir, avec rafraîchissoir et verre à pied (détail) 1759 , huile sur toile, 38,5 x 47 cm  Musée des Beaux-Arts, Rennes  © RMN-Grand Palais (musée des Beaux-Arts de Rennes) / Patrick Merret 

Qui était cet homme au carrefour de tant de croyances philosophiques ? Quelle était sa pensée au-delà des convenances et de l’entendu. L’exposition apport des réponses qui rendent perplexes autant qu’elles ne nous rassurent.

C’est le comédien Jean-Luc Borgeat qui prête sa voix savoureuse aux mots de Diderot livrés par audio guide interposé.

LE GOÛT DE DIDEROT
GREUZE, CHARDIN, FALCONET, DAVID…
Du 7 février au 1er juin 2014
Fondation de l’Hermitage

Le commissariat général de l’exposition est assuré par Michel Hilaire, Conservateur général du patrimoine, Directeur du musée Fabre, Sylvie Wuhrmann, Directrice de la Fondation de l’Hermitage et Olivier Zeder, Conservateur en chef du patrimoine, chargé des collections anciennes au musée Fabre.

Jean-Baptiste Leprince, La Bonne aventure

Jean-Baptiste Leprince, La Bonne aventure, 1767, huile sur toile, 134 x 93,5 cm, Musée départemental de l’Oise, Beauvais © RMN-Grand Palais (musée départemental de l’Oise) / René-Gabriel Ojéda

Michèle Laird, née Haffner, trained as a journalist, became an international arts administrator (visual arts and theatre), successively in Paris, New York and London before moving to Switzerland, where she now covers the art beat and presides several associations.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: