ciesaire_nuittransfiguree_120829-290_ philippe weissbrodtIl rend le mouvement au corp et le corps au mouvement. “La nuit transfigurée”  de Schoenberg prend une ampleur qui dépasse le geste musical sous l’impulsion du chorégraphe d’origine française pied-noir, Philippe Saire. Il donne à sa ville d’adoption, Lausanne, ses lettres de noblesse dans le domaine de la danse.

Un spectacle de danse qui touche à l’indicible

La tension des corps devant un rideau ondoyant, un silence à s’accommoder de l’éternité, des gestes abruptement interrompus par leur propre étreintes… et soudain un faiseau de lumière isole un pas de deux à couper le souffle.

Philippe Saire et Pierre Amoyal, à la tête de la Camerata de Lausanne

La nuit transfigurée d’Arnold Schoenberg se prête à un romantisme presque alarmant en nous faisant vivre l’intensité de la grâce des danseurs.

Maëlle Desclaux, dont la présence lumineuse empreinte le spectacle d’une énergie foudroyante

Pour ma part, je n’ai jamais rien vu d’aussi beau.

Michèle Laird, née Haffner, trained as a journalist, became an international arts administrator (visual arts and theatre), successively in Paris, New York and London before moving to Switzerland, where she now covers the art beat and presides several associations.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: