A l’heure où les musées rouvrent timidement, BPLT propose un florilège d’expositions pour se requinquer l’esprit. La reprise annoncée des arts vivants le 8 juin venant d’être torpillée par des règles sanitaires absurdes, il faudra compter sur les arts visuels pour retrouver les frissons culturels qui nous ont tant manqués. Interrompues en plein vol par le confinement, les expositions de ce printemps jouent les prolongations, dont 12 perles à découvrir selon son humeur, radicale, décalée ou légère, et, surtout, pour échapper à la tyrannie des visites virtuelles. Sélection partielle aux quatre coins de la Suisse romande présentée par ordre de finissage.

Publié dans Bon pour la Tête le 16 mai 2020 

La plus touchante

L’explosion du regard de René Burri Musée de l’Elysée de Lausanne jusqu’au 1 juin 2020.

René Burri, Procès manifestants place Tiananmen vus a la television, Chine 1989 © René Burri, Magnum Photos, Musée de l’Elysee.

La rétrospective inédite du charismatique hyperactif suisse de la photo, issue du fonds du photographe et des archives de Magnum Photo, dévoile l’homme ultra-sensible et l’artiste intuitif derrière l’objectif (lire aussi: René Burri, «le Picasso de la photo»).

Présenté en tandem par la Galerie Folia à Paris «Les Allemands», édité par Robert Delpire en 1963, offre un portrait émouvant de l’Allemagne de l’après-guerre réalisé par un jeune Burri à bicyclette. La Bildhalle de Zurich exposera cet automne «Les Autres», des œuvres (signées) moins connues de Burri.

La plus légère

Paris en fête. Toulouse-Lautrec, Matisse, Dufy… Musée d’art de Pully jusqu’au 26 juillet 2020.

Kees van Dongen, Thé au Casino (Deauville), 1920, collection privée (détail) Musée d’art de Pully.

Sous les pinceaux vibrants de couleurs de Raoul Dufy, Kees van Dongen, Henri Matisse, Marc Chagall et Félix Vallotton, le gai Paris s’anime. La fresque colorée qui respire l’insouciance dans les jolies salles de Pully cache pourtant le ciel assombri qui a mené à deux guerres mondiales.

Voir présentation ici.

La plus décalée

Bobines neuves – Jean-Claude Péclet au Musée suisse de l’appareil photographique à Vevey jusqu’au 23 août 2020.

Bobines neuves – Jean-Claude Péclet – Portrait Tsusaba Watanabe, artiste de rue, Musée suisse de l’appareil photographique.

L’ex-rédacteur en chef de l’Hebdo croque des portraits en argentique de la génération «Z» avec son Rolleiflex de 1938, une galerie de défiance et de vulnérabilité.

La plus sensorielle

4’224,92 cm2 de Degas de Taus Makhacheva au Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne jusqu’au 23 août 2020, entrée gratuite.

L’expo tactile de Taus Makhacheva MCBA.

L’artiste contemporaine russe s’approprie l’histoire de la disparition d’un pastel d’Edgar Degas appartenant au MCBA pour investir l’Espace Projet du MCBA: ses sculptures en tissu brodées sont peuplées de paroles énigmatiques. Prière de toucher!

La plus singulière

Scrivere DisegnandoQuand la langue cherche son autre au Centre d’art contemporain de Genève jusqu’au 23 août 2020, en collaboration avec la Collection de l’Art Brut, Lausanne. Entrée libre.

Scrivere Disegnando – Quand la langue cherche son autre, Centre d’art contemporain de Genève, un visiteur absorbé par les documents présentés © Galaxia Wang.

Fruit d’une collaboration inédite entre l’art brut et l’art contemporain, l’exposition explore l’écriture au-delà de son statut de véhicule de sens. La graphie devient alors une expression à part entière pour des artistes d’horizons divers, y compris ceux de l’art brut qui, par définition, s’ignorent. A l’occasion de cette singulière rencontre, des alphabets et langues imaginaires ont vu le jour.

La plus fantasmagorique

4ème Biennale de l’Art Brut: Théâtres à la Collection de l’Art Brut de Lausanne jusqu’au 30 août 2020.

Portrait de Giovanni Battista Podestà à Laveno, vers 1970, Archives de la Fabuloserie, Alain Bourbonnais, 4ème Biennale de l’Art Brut : Théâtres, Collection de l’Art Brut. 

Puisant dans son trésor de plus de 70’000 œuvres, la Collection illustre depuis 2014 des thématiques chères à ses 1’000 auteurs d’art brut. Après les biennales fascinantes consacrées aux véhicules, aux architectures et aux corps, voilà venu le temps des théâtres. Le monde imaginaire de ces êtres en mal de réalité donne lieu à d’étonnantes et attendrissantes transpositions.

Collection de l’Art Brut

La plus délicieuse

EXTRA-ORDINAIRE  au MUDAC de Lausanne jusqu’au 30 août 2020

Tout le décor est en carton d’emballage ! EXTRA-ORDINAIRE, MUDAC.

Le Musée de design et d’art appliqués contemporains s’emballe à l’heure des déménagements: pour sa dernière exposition avant de rejoindre le pôle muséal de Plateforme10 en 2022, le MUDAC redonne à la maison médiévale qui le loge sa fonction d’origine avec du mobilier pour chaque pièce entièrement confectionné dans du carton d’emballage (voir pantoufles au pied du lit dans photo principale). Un ensemble déjanté d’objets choisis par les conservateurs ponctuent la scénographie fun de Sébastien Guenot.

Vidéo

Les plus ironiques

Les cyborgs ne sont pas respectueuses de Kiki Kogelnik. et Laughing Stock de Mathias Pfund au Musée des beaux-arts de la Chaux-de-Fonds jusqu’au 20 septembre 2020.

Kiki Kogelnik, Portrait of an attractive man, 1964, Musée des beaux-arts de la Chaux-de-Fonds.

Il a fallu que Kiki Kogelnik, l’égérie autrichienne du Pop art américain, disparaissent d’un cancer à l’âge de 62 ans en 1997 pour que ses représentations corporelles esthétisantes et désarticulées soient enfin comprises comme une revendication féministe pleine d’humour. L’artiste genevois et historien de l’art Mathias Pfund la rejoint dans le registre ludique avec une déclinaison en gris des œuvres de la collection.

Les plus pressantes

Chappatte – Gare aux dessins !

Variétés, Revue d’avant-garde

Chopped Liver Press – Who Shall We Love

Katrien de Blauwer – Isabelle a 24 ans… Isabelle a 42 ans

Daumier, Vallotton et Steinlen… Oser s’opposer!

Musée des beaux-arts Le Locle jusqu’au 27 septembre 2020.

© Chappatte, dessin paru le 21 octobre 2006 dans Le Temps

La programmation inventive et courageuse de la directrice Nathalie Herschdorfer vaut chaque fois le déplacement dans les Montagnes neuchâteloises. A l’heure où Internet gangrène l’information, elle remet dessinateurs et photographes de presse au cœur de la Liberté d’Impression dans 5 expositions fortifiantes, avec en vedette Chapatte, le chouchou des têtes éclairées et des âmes indignées.

La plus dystopique

Mondes (im)parfaits à la Maisons d’Ailleurs d’Yverdon jusqu’au 25 octobre 2020.

François Schuiten, Grain sable coffret, Mondes (im)parfaits, Maisons d’Ailleurs.

Le chef-d’œuvre de la bande dessinée franco-belge contemporaine, Les Cités obscures de François Schuiten et Benoît Peeters, s’articule en « îles » utopiques et dystopiques qui entrent en dialogue avec trois artistes suisses – Sébastien Mettraux, Louis Loup Collet et Thomas Crausaz –, ainsi que les dispositifs multimédias de la HEIG-VD.

La plus radicale

Olivier Mosset au MAMCO de Genève jusqu’au 6 décembre mais attention horaires restreints.

Olivier Mosset au MAMCO (c) AnnikWetter

Depuis plus de 60 ans, Olivier Mosset énerve et fascine. Le plus pop des artistes suisses, qui vit aux Etats Unis depuis 1977, ne s’est jamais éloigné du monochrome, des cercles, des rayures et des shaped canvases, de préférence immenses. Le biker inoxydable, à l’allure d’un Merlin, est entouré au MAMCO de ses complices du Nouveau Réalisme des années 60 et la peinture radicale des décennies suivantes, une plongée datée, mais revigorante, dans l’abstraction pure.

La plus impressionnante

La Collection permanente, au Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne, entrée gratuite.

<!–

<!–

Salles d’art contemporain, La Collection permanente, Musée cantonal des beaux-arts.

Savamment dévoilée dans son nouvel écrin, la collection du MCBA contient des œuvres d’une qualité stupéfiante encore inconnues du public. Le parcours sur deux étages, appelé à évoluer, s’articule comme une chorégraphie entre peintures, sculptures et vidéos. L’espace aux plafonds élevés et à la lumière perlée permet à l’art de respirer, une agréable découverte dans un instrument qui s’est fait attendre si longtemps. L’exposition temporaire sur Vienne 1900 rouvrira le 2 juin seulement.

La Collection permanente, au Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne, entrée gratuite.

<!–

<!–

Salles d’art contemporain, La Collection permanente, Musée cantonal des beaux-arts.

Savamment dévoilée dans son nouvel écrin, la collection du MCBA contient des œuvres d’une qualité stupéfiante encore inconnues du public. Le parcours sur deux étages, appelé à évoluer, s’articule comme une chorégraphie entre peintures, sculptures et vidéos. L’espace aux plafonds élevés et à la lumière perlée permet à l’art de respirer, une agréable découverte dans un instrument qui s’est fait attendre si longtemps. L’exposition temporaire sur Vienne 1900 rouvrira le 2 juin seulement.

Michèle Laird, née Haffner, was an international arts administrator (visual arts and theatre), successively in Paris, New York and London, before moving to Switzerland and becoming an arts journalist.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: