La beauté des lignes, Chefs-d’œuvre de la collection Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla au Musée de l’Elysée de Lausanne

Article publié le 24 février dans Bon pour la Tête : LINK

For English version, please see separate article.

En ces temps de sur-sollicitation, les thèmes ont la côte. Pour inviter le public à découvrir une collection qui n’est pas encore connue en Europe, et qui mériterait de l’être, le Musée de l’Elysée a trouvé la combine: «La Beauté des lignes» propose une thématique qui rassure et éclaire le parti-pris des collectionneurs, l’Américaine Sondra Gilman et son mari, Celso Gonzalez-Falla, né à Cuba.

L’outil de marketing est imparable: comment résister à la beauté? Le thème se prête encore à une déclinaison qui caresse le sens et l’œil. L’exposition est ainsi découpée en plusieurs chapitres: lignes contrôlées ou spontanées (comprenez les structures), lignes courbes (suivez le corps) et abstractions (la photo se lâche!). Oui, c’est un peu recherché, mais ça marche.

Fil conducteur

Sinon, par où commencer? La collection Gilman and Gonzalez-Falla, commencée dans les années 70, comprend plus de 1500 tirages originaux par les plus grands noms de la photographie des 20e et 21siècles. En choisissant le fil conducteur de la ligne, les curatrices sollicitent la tranquillité du regard dans l’harmonie des salles de l’Elysée.

La question et la réponse en même temps

Depuis qu’elle a repris les rênes du musée en 2015, la directrice de l’Élysée, interroge le statut de la photographie dans la révolution numérique. Comment regarder le miroir de l’humanité et de notre temps à l’ère digitale et des selfies? La stratégie de la jeune trentenaire consiste à apporter la question et la réponse en même temp.:

Elle a choisi de présenter une ferveur traduite en collection qui donne ses lettres de noblesse à la photo. Quand Sondra Gilman a acheté trois photos par Atget lorsqu’elle était encore étudiante, elle ne savait pas encore qu’une passion venait de naître. La beauté des lignes retenue à l’Elysée se passe du discours du comment et le pourquoi de la photo. Ici, nous sommes simplement en présence d’un appétit inconditionnel pour la beauté que la réalité est capable de générer à travers une pose/pause sur image.

Les thèmes ont la côte, ils sont tellement rassurants.


La beauté des lignes, Chefs-d’œuvre de la collection Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla. Curatrices: Tatyana Frank et Pauline Martin. Musée de l’Elysée à Lausanne. Jusqu’au 6 mai 2018.

This slideshow requires JavaScript.

Michèle Laird, née Haffner, was an international arts administrator (visual arts and theatre), successively in Paris, New York and London, before moving to Switzerland and becoming an arts journalist.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: